l’Amour d’Enfer

Workshop
Kevin2
The Sacred Groves blog has not been very active for some time, but the project it self is very much alive. We have made progress and had setbacks. The prototype houses are growing steadily. The numbers of volunteers and interns working and living at Sacred Groves is growing rapidly.
Unfortunately the postings on the blog have been neglected for some time, maybe because time moves very fast while  working at Sacred Groves. A new team to revive the blog has been formed, dedicated to inform all those in the outside world who are interested in our work. Soon we will publish a variety of blogs, including technical information and personal experiences.
We will start with the story of Kevin. A young enthusiastic blacksmith from France. Although he had never heard of Sacred Groves when coming to India, he soon became part of our family. Somehow it seems that he was meant to be here.
Forging

Kevin has started a basic blacksmith workshop at Sacred Groves. Besides forging tools and recently a beautiful gong to replace the old saw blade bell from the Sacred circle, he has been training volunteers, interns and even schoolchildren from Auroville the craft of forging metal.
The following is his story which he wrote for the gild association in France by which he has been following his training to become blacksmith.
To underline the international character of Auroville, and the fact that Kevin wrote in his own language the story is in French.
JOURNAL DES COMPAGNONS / ECHO DE L’ENCLUME
Cette aventure Indienne débute a Auroville, une cite internationale située dans le Tamilnadu, au sud de l’Inde.
Ce petit texte vous invite à voyager et partager avec moi cette aventure, mieux comprendre mon projet. Une présentation d’Auroville vous sera faite, suivie de la communauté ou j’ai le plaisir de séjourner et pour finir j’expliquerais mon projet.
Auroville un rêve qui prend forme.
En 1964, le projet d’Auroville commence dans le but de devenir une ville dédiée à la réalisation de l’unité humaine. L’inauguration officielle eut lieu le 28 Février 1968. La ville située à une douzaine de kilomètre au nord de Puducherry, compte actuellement plus deux milles résidents. La Mère, une françaises qui dirigeait l’Ashram de Sri Aurobindo, communauté qui s’est formée autour du yogi indien. Sri Aurobindo, fut la force inspiratrices derrière la fondation d’Auroville, elle suivie le projet de très près jusqu’à ce qu’elle quitte son corps en 1973.
Pourquoi Auroville ?
Auroville souhaite être le reflet de la Paix entre les hommes et la terre, de montrer qu’il est possible de vivre simplement et en harmonie avec notre environnement.
La mère « Un rêve : il devrait y avoir quelque part sur terre un lieu dont aucune nations n’aurait le droit de dire : il est à moi ; ou tout homme de bonne volonté ayant une aspiration sincère pourrait vivre librement comme un citoyen du monde, et n’obéir qu’a une seule autorité, celle de la suprême Vérité. »
Elle a ainsi imaginé la charte d’Auroville en quatre paragraphes :
1- Auroville n’appartient à personne en particulier. Auroville appartient à toute l’humanité dans son ensemble. Mais pour séjourner à Auroville, il faut être le serviteur volontaire de la conscience divine.
2- Auroville sera le lieu de l’éducation perpétuelle, du progrès constant et d’une jeunesse qui ne vieillit point.
3- Auroville veut être le pont entre le passé et l’avenir. Profitant de toutes les découvertes extérieures et intérieures, elle veut hardiment s’élancer vers les réalisations futures.
4- Auroville sera le lieu de recherches matérielles et spirituelles pour donner un corps vivant à une unité humaine concrète.
Religion, politique son bannie et l’argent est utilisée à sa juste valeur dans un système économique qui se veut plus égalitaire.
Cette cite internationale très concernée par l’écologie essaye de trouver des solutions innovantes pour ne pas gaspiller les énergies fossiles telles que éoliennes, générateur de biogaz, concentrateur solaire, panneaux solaires. La nourriture est produite localement dans une des nombreuses fermes d Auroville ; des programmes de reforestations voient le jour ; un système de recyclage est mis en place et certains des matériaux sont pour la plupart recyclé et réutilise pour diverses construction. Pour donner un exemple d’une utilisation de l’énergie respectueuse de l’environnement : Solar Kitchen, une cantine solaire ou mange les Aurovilliens, prépare ses repas grâce à l’énergie solaire, ce qui permet d’économiser, temps et énergie.
Mais Auroville c’est aussi des centres d’éducations alternatifs dans cette plateforme dédiée à l’éducation perpétuelle de l’être humain ; des créations d’école expérimentale adapté pour tous les niveaux, des activités culturelles, artistiques manuelles, intellectuelles, mais aussi une prises de conscience spirituelles son éveiller dès le plus jeune âge.
Une aventure qui prit forme grâce à la sagesse d’anciens et de la dynamique des jeunes.
Il me faut maintenant vous parler de mon expérience à Auroville, au sein du projet communautaire Sacred Groves.
Sacred Groves est une toute jeune communauté implantée depuis peux sur le site d’Auroville. Leur projet consiste en la création de logements écologiques utilisant des matériaux écologiques grâce à la récupération et le recyclage. Des jeunes Architectes Indiens, étudiants pour la plupart, travaillent sur le chantier et donne vie à la communauté. Cela leur permet d’élargir leur connaissance vers un nouveau domaine, la construction écologique, et leur faire toucher la matière. Cela est très intéressant pour toute personne qui souhaite apprendre à construire mais pour la plupart des architectes qui ont toujours passé leur temps de formation derrière des ordinateurs à imaginer et dessiner. Ici a sacred groves ils apprennent à toucher, connaitre et désormais ils imagineront d’une autre manière leur conception, en pensant aux artisans qui travaillent, et sans doute en ayant une vision plus écologique.
Des volontaires venu du monde entier participent également et implante de nouveaux projets sur le site : Système aquaponics, jardin permaculturel …
Pourquoi Sacred Groves ?
Je dois avouer que je me suis retrouvé par hasard dans cette communauté. Mes premiers jours en Inde furent difficiles et faire partie de la communauté a facilité mon adaptation, et m’a permis de m’ouvrir plus facilement sur la culture indienne.
Me voilà donc à Auroville, toujours avec l’idée de monter un projet ici, en Inde. En tant que voyageur désorganisé mais travailleur acharné un plan B étais prévu. La communauté m’a accueilli à bras ouvert et encouragée. Après avoir expliqué le but de m’a venue en Inde, René le manager de la communauté, m’a tout simplement souris et dit : « Pourquoi ne créerais tu pas un projet ici, un atelier de forge par exemple.
Ainsi commence mon aventure…
Un mois que j’ai atterri ici, bien installé, les pieds sur terre. Je commence à imaginer un atelier de forge, fonctionnel et simple à la méthode celte, tout en utilisant des matériaux locaux, le plus écologiquement possible, voici mes critères. Cette forge pourra aussi être améliorée au fur et à mesure des années, par d’autres jeunes.
Ces projets nécessitent de l’organisation. Afin de mener à bien les chantiers, nous nous réunissons trois fois par jour autour d’un cercle. Il y a plusieurs équipes et chaque leader explique son projet pour la journée. Chacun peut choisir ce qu’il veut faire et rejoindre une équipe. Ce rassemblement est très important, cela permet d’organiser les différents travaux et ainsi d’éviter la confusion. La motivation qui est mise à rejoindre un groupe est aussi la clé de la réalisation. Le cercle nous donne de l’énergie et cette motivation.
Mais la construction de ma forge ne fut pas si simple …
Nous sommes en Inde ou la vie prend un rythme diffèrent et où il n’est pas si aise d’obtenir ce que l’on souhaite. Ici, tous les simples petits actes de la vie prennent le double du temps. Un Indien te dira que l’Inde est un pays organise, pour ma part il s’agit plutôt d’un grand bazar organise seulement compréhensible pour un local. Il faut donc apprendre à être patient et à vivre au rythme de la vie Indienne. Les problèmes pour la construction de la forge se sont vites présentes ; mais comme tout problème, une solution est cachée derrière. Impossible de trouver une tuyère, encore plus difficile de trouver une enclume. Afin d’obtenir cette fameuse enclume, nous avons dû aller à Chennai, une ville à cinq heures de route, ou il nous aura fallu chercher dans les recoins de la ville. Finalement nous sommes repartis avec une enclume, que nous avons dû porter durant le trajet retour en bus à la vue de tous les Indiens méduses.
Je suis également parti à la recherche des différents ateliers locaux, pour comprendre la façon dont ils travaillent, observer leur manière de faire, ce qui peut parfois être déroutant. Les Indiens n’ont en effet pas la même rigueur dans le travail que l’on peut observer en Europe. Mais j’ai découvert une belle entreprise de serrurerie du nom d Aureka. Apres un bref entretien avec le patron, celui-ci me dit que si je sais souder je suis engagé. J’aurais donc le plaisir d’y travailler pendant un mois, ce qui me permettra de me recadrer un peu et tenter une nouvelle expérience.
J’aimerai tout de même vous introduire à ma petite forge, que j’ai baptisée « L’Amour d’enFer, pour la forge qui est construite avec des matériaux écologiques : de l’argile et de la paille mélangés avec amour et entraide.
Je lui vois un bel avenir, et souhaite que aspirants ou compagnons volontaires vienne vivre une aventure semblable à la mienne, dans cette cité utopique, ou toute personne motivé et à la quête de partage, d’entraide, d’apprentissage, de connaissances sont les bienvenue. Actuellement je donne des cours de forge tous les mercredis au souhait de deux personnes qui me l’ont demandé ; je leur apprends à souder a d’autres, et chacun a son tour me montre un peu de son savoir-faire : l’un avec les plantes, l’autre avec le travail du bois. J’ai également pour projet de monter un dôme en acier et de construire un portail à la demande de Sacred Groove. J’ai aussi eu le plaisir de rencontrer Chaitanya, qui est un ancien Compagnon charpentiers Auroviliens fraîchement sédentaire, qui habite a cinq minute de là ou je vie, avec sa femme Sarah, qui me donne des cours d’anglais. Un bon soutien qui est pour moi important, car je peux compter sur eux.

J’aime mon métier mais cela ne m’empêche pas de faire d’autres choses. Avec des amies venues de Buddha Garden, un jardin produisant des légumes et fruits biologiques, nous nous occupons d’un jardin permaculturel à Sacred Groove. Je m’occupe également du système aquaponics mis en place par Giri, hoplat un volontaire qui nous viens de Belgique. Mais aussi je m’adonne régulièrement au yoga à la lecture, à la danse, à la musique. Une fois par mois je pars à Chennai enseigner le rugby à des enfants des bidonvilles.
Une expérience humaine qui je pense me marqueras a vie. Je me plais à dire que ce lieu est un concentré de personnes extraordinaires venant du monde entier aspirant à la paix et au partage. En communiquant mon aventure avec vous j’espère attiser la curiosité de ceux qui ont l’âme aventureuse… Auroville, un beaux point de passage en Inde.
La vie est merveilleusement belle profitons-en avec Paix, Douceur et Amour.
Pays Beukeboom aspirant Serrurier dit Rouergue.Hummingbird

One Reply to “l’Amour d’Enfer”

  1. Merci Kevin pour ce beau témoignage!

    I’m glad to see that Sacred Groves still growing up and hosting nice story.
    My best wish to the SG family.
    Love,
    Nicolas

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *